Achat Vente aux Enchères Petites Annonces - Mascoo

FrançaisEnglish
Jeudi 24 Août 2017 - 08:55:07

Demande de rappel de mon mot de passe[X]
Saisissez ci-dessous l'adresse email que vous avez associé à votre compte. Votre mot de passe vous y sera envoyé. En cas de difficulté, contactez nous à contact@mascoo.com  
Rappel du Pseudo ou Mot de Passe

Le numero 8 Non emis 20 centimes Bleu Ceres

Pourquoi le 20 centimes noir fût-il imprimé en bleu ?


A l'origine, la couleur des trois premiers timbres devant être émis le 1er Janvier 1849 ( 20 centimes, 40 centimes et 1 Franc ) est annoncée dans un avis au public en Octobre 1848 : " ces timbres consistent en une petite estampe représentant la Liberté, imprimée en encre rouge, bleue ou noire "

La décision fût prise le 7 Septembre 1848 : le noir pour le 20 c, le bleu pour le 40 c et le rouge pour le 1 franc.

Pour ce qui est du 20 centimes, le choix de la couleur a été fait sur les recommandations d'Anatole Hulot qui s'appuie sur les recommandations de l'imprimeur Lacrampe : cette couleur permet l'impression de jour comme de nuit ( je rappelle qu'à l'époque, on s'éclairait la nuit avec de simples lampes à pétrole ). Le tirage est même beaucoup plus rapide qu'avec une encre de couleur et permet de gagner jusqu'à 40% de temps.

C'est ainsi que l'impression du 20 centimes noir démarre le 4 Décembre 1848 mais seulement un peu plus de 5 millions de timbres sont livrés sur les 17 millions initialement anticipés car l'opération de gommage a pris du retard. Ceci n'empêcha pas que le 20 centimes noir fût émis en temps et en heure le 1er Janvier 1849.

Ceci étant dit, à l'usage, on s'aperçut rapidement qu'oblitérer en noir des timbres tout aussi noirs ne présentait pas toutes les garanties requises pour détecter les timbres réutilisés ou lavés.


Une note à l'attention des directeurs de poste en date du 25 Janvier 1849 précise ces craintes : " A cet effet, les directeurs et distributeurs appliqueront le timbre spécial qui représente un losange grillé et qui vient de leur être envoyé. Ces timbres devront être imprégnés de l'encre que fournit l'Administration. Les directeurs, sous aucun prétexte, n'en devront employer d'autre, et se garder d'étendre avec de l'huile la mati??re dont sont imbibés les brosses et les tampons. Cette recommandation est essentielle, en ce sens que l'encre envoyée par l'Administration se compose des éléments constituant celle qui sert à l'impression des figurines. Il s'ensuit que les tentatives de lavage, lorsque les deux encres, celle d'impression et celle d'annulation, restent les mêmes, ne peuvent aboutir qu'à la destruction de la figurine elle-même, en même temps que du timbre annulant qu'on s'efforcerait d'enlever ".

Néanmoins, des doutes substituaient : "  ... ainsi, le plus souvent, ces agents, apr??s avoir extrait les lettres de la boîte ou les avoir reçues des leveurs de boîtes, les jettent sur une table où, sans examen préalable, elles sont timbrées du timbre à date et les figurines oblitérées, de telle façon, que les timbres-poste lavés grossi??rement sont acceptés comme bons, et annulés, sans qu'il soit possible de reconnaître ultérieurement la validité primitive du timbre d'affranchissement ".

La solution retenue finalement fut donc de changer la couleur du 20 centimes et il est fort probable que la note d'Anatole Hulot du 16 Février 1849, eût une influence non négligeable dans cette décision : " Quant au conseil qu'on rencontre dans l'une des lettres du dossier, de remplacer l'impression noire des timbres à 20 centimes par une encre de couleur sur laquelle le cachet noir oblitérant laisserait toujours des traces tr??s visibles, il est à prendre en sérieuse considération. Le Stamp Office de Londres a tout à fait abandonné la couleur noire, et l'administraion supérieure sait que chez nous, l'impression en noir n'a été adopté par l'Administration des Postes de concert avec la Commission des Monnaies, que par nécessité. L'encre noire, seule, permettait le tirage de jour comme de nuit, et donnait la facilité de fournir dans un délai excessivement court, la quantité considérable de timbres demandée pour assurer les premiers besoins du service de l'affranchissement des lettres par le mode nouveau. Mais les bureaux étant aujourd'hui pourvus pour quelque temps, l'impression en couleur des timbres à 20 centimes pourrait être essayée sans aucun incovénient qu'une lég??re augmentation de dépense ".

Les conséquences immédiates de cette décision furent d'attribuer la couleur orange au 40 centimes, le 1 Franc Vermillon étant retiré des bureaux car sa nuance claire peut " se confondre avec les timbres nouveaux à 40 centimes imprimés en couleur orange ". Il fût remplacé comme on le sait par le 1 Franc Carmin.

Quant au 20 centimes bleu, le premier tirage commença le 7 Avril 1849 et s'acheva le 19 Mai à la demande du Directeur des Postes. Les chiffres indiqués par l'imprimeur Tacquin précisent que 7 300 200 exemplaires ont été imprimés. En réalité, les stocks du 20 centimes noir sont encore tr??s abondants car plus de 41 millions d'exemplaires ont été imprimés entre le 4 Décembre et le 22 Février et il faut les écouler avant d'envisager de mettre en vente le 20 centimes bleu. Or, ce timbre se vend mal. Un second tirage du 20 centimes bleu est réalisé à partir du 10 Décembre 1849 jusqu'au 31 Mars 1850, date à laquelle on l'arrête car le stock de 23 350 000 figurines est jugé suffisant.

Lorsque l'Administration des Postes fait le bilan de la premi??re année écoulée, on s'aperçoit que seules quelques 23 740 200 lettres ont été affranchies ( y compris en numéraire ) et 134 527 800 ont été envoyées en port dû, c'est à dire sans timbres. Seuls 21 232 665 timbres ont été vendus, soit environ 20% de ce que l'Administration des Postes anticipait.

C'est à la lumi??re de ces considérations budgétaires qu'une loi fût votée le 15 Mai 1850 prévoyant l'augmentation à 25 centimes du tarif des lettres de bureau à bureau, l'augmentation étant applicable d??s le 1er Juillet de la même année. Pour la Poste d??s lors, il ne peut plus être question de mettre en vente les 20 centimes bleus. Les stocks du 20 centimes noir sont encore de l'ordre d'une vingtaine de millions en ce début 1850. Il convient alors de savoir ce qu'on fera des stocks du 20 centimes bleu. Une délibération du Conseil des Postes en date du 18 Mai 1850 laisse entrevoir la possibilité de vendre ceux-ci malgré tout au prix de 25 centimes à compter du 1er Juillet, les timbres à 25 centimes étant mis en circulation ultérieurement.

Quatre jours apr??s cette délibération, le Directeur Général des Postes demande à Anatole Hulot d'entreprendre la confection de 6 demi-planches à 25 centimes. Le tirage commence alors le 13 Juin sur une demi-planche et sur une planche enti??re à compter du 20 Juillet. Dans l'intervalle, les bureaux ont bien reçu la nouvelle valeur à 25 centimes mais pas le 20 centimes bleu car le Ministre des Finances n'a pas approuvé le projet et l'administration semble avoir renoncé elle-même à vendre à 25 centimes ces timbres légendés à 20 centimes, sans doute par peur du ridicule et d'une possible désapprobation du public. Par la suite, une circulaire est adressée à tous les bureaux le 16 Octobre 1850 pour leur demander de renvoyer tous les 20 centimes noirs encore en leur possession.

Ce n'est que quelques mois plus tard, le 24 Juillet 1851, que l'Administration décide de les détruire. Au total, 33 607 757 timbres seront incinérés ( dont plus de 10 millions de 20 centimes noirs ) dans les fourneaux de la machine à vapeur de la Monnaie pendant 6 heures.

Le myst??re de savoir comment quelques exemplaires échapp??rent à la destruction reste entier. Toujours est-il qu'il s'est retrouvé dans les collections puis dans les catalogues qui l'ont mentionné et coté comme il se devait.

Les spécialistes en distinguent trois types qu'ils nomment du nom des philatélistes qui les ont découverts ( voir les photos ci-dessous ) :

- Bleu sur Jaunâtre de Durrieu

- Bleu Foncé de Marquelet

- Bleu sur Azuré d'Astruc

Le premier serait issu du premier tirage des mois d'Avril et Mai 1850 tandis que les deux seconds seraient originaires du second tirage qui eût lieu entre Décembre 1850 et Mars 1851. L'origine de ces deux derniers pourrait être différente du premier car on apprend dans les archives de l'Administration qu'une autre destruction avait eu lieu le 2 Juin 1851 où seuls des timbres défectueux ont été incinérés dont 74 100 exemplaires gommés et 285 000 sans gomme, sans distinction des 20 centimes noirs et des 20 centimes bleus. Ils pourraient provenir de là.

< Voir la liste des articles
Copyright © 2006 - 2017 Mascoo - Tous Droits Réservés - All Rights Reserved Accueil du site | Partenaires | Affiches & Flyers | Contact | Mentions légales | Conditions d'utilisation